ATELIER DE FORMATION DU REEM

CONTEXTE ET JUSTIFICATIF

Dans l’optique d’aider ses Etats membres à mettre en place une politique de gestion intégrée et durable de leurs zones marines et côtières, la Convention d’Abidjan, à laquelle la Côte d’Ivoire est partie, a développé en partenariat avec le Centre d’Expertise Norvégien Grid Arendal, un projet dénommé « Améliorer / Renforcer la Gestion des aires marines en Afrique de l’Ouest axée sur l’apprentissage et l’application » visant à la conservation des écosystèmes marins et côtiers et de la biodiversité, à promouvoir l’utilisation durable des ressources et à assurer l’utilisation à long terme des services écosystémiques.

C’est dans ce contexte que la Côte d’Ivoire a été retenue au titre des pays bénéficiaires de projets pilotes pour mettre en œuvre son projet national dénommé « Gestion Intégrée de l’Aire Marine et Côtière d’Abidjan à Assinie » (GIAMAA).

Ce projet financé par l’Etat Allemand, ambitionne de jeter les bases d’une politique de gestion intégrée des océans au niveau des Etats Membres de la Convention d‘Abidjan, conformément à la décision CP.12/7 de ladite Convention.

La mise en œuvre du projet GIAMAA repose sur l’application des outils de gestion intégrée des océans que sont : le Rapport sur l’Etat de l’Environnement Marin (REEM), les Zones Marines d’Importance Ecologique ou Biologique (ZIEBs) et la Planification Spatiale Marine (PSM).

Les présentations du formateur NDIONE Jacques

C’est ainsi que du mercredi 10 au vendredi 12 juillet 2019, se sont tenus successivement, dans la salle de conférence du Centre Ivoirien Antipollution (CIAPOL) et à l’hôtel Résidence Nirala de Bonoua, l’ouverture et les travaux de l’atelier de formation sur le processus d’élaboration du Rapport de l’Etat de l’Environnement Marin (REEM) de la Côte d’Ivoire.
II. OBJECTIFS DE L’ATELIER
II-1. Objectif général
L’objectif de l’atelier était de renforcer les capacités des apprenants dans la maîtrise de l’outil du REEM aux fins de rédiger le rapport sur l’Etat de l’Environnement Marin de la Côte d’Ivoire.
II-2. Objectifs spécifiques

De façon spécifique, il s’est agi de:

  • Présenter les principaux chapitres qui composent le REEM;
  • Connaitre les types de données nécessaires pour renseigner les différents chapitres du REEM;
  • Connaitre la méthodologie de collecte de données pour le renseignement des différents chapitres REEM.
    III- RESULTATS ATTENDUS
    Au terme de l’atelier:
  • Les principaux chapitres qui composent le REEM sont présentés ;
  • Les données nécessaires pour le renseignement des différents chapitres du REEM sont connues;
  • La méthodologie de collecte de données pour le renseignement des différents chapitres du REEM est connue.

IV-PARTICIPANTS

Cette rencontre a regroupé des représentants du Centre Ivoirien Antipollution (CIAPOL), du Service de Système d’Information Environnementale , du Centre de Recherches Océanologiques (CRO), de l’Université Félix Houphouët-Boigny (UFHB), de l’Université Nagui Abrogoua (UNA), du Centre d’Entomologie Médical et Vétérinaire (CEMV) /’Université Alassane OUATTARA de Bouaké (UAOA), du Centre Universitaire de Recherche et d’Application en Télédétection (CURAT), du Laboratoire National d’Appui au Développement Agricole
(LANADA), de l’Institut Polytechnique Félix Houphouët Boigny (INPHB), du Bureau National d’Etudes Techniques et de Développement (BNEDT), du Secrétariat Permanent du Comité Interministériel de l’Action de l’Etat en Mer (SEPCIM-AEM), de la Direction de l’Aquaculture et des Pêches (DAP), de l’ONG SOS Forêt, du programme WACA et des cabinets d’expertises. Etaient également présents un sociologue, un invité du Gabon et le facilitateur.
La Convention d’Abidjan, était présente à la cérémonie d’ouverture de cette rencontre.
La liste des participants est jointe en annexe 1.