ATELIER DE PRE-VALIDATION REGIONALE DU RAPPORT DE L’ETAT DE L’ENVIRONNEMENT ET COTIER DE LA COTE D’IVOIRE (REEM-CI) A ASSINIE

Le Rapport national en cours de validation

Soumettre à l’approbation des élus locaux, du corps préfectoral et des parties prenantes des régions du Sud-Comoé et des Grands Ponts, ainsi que le District Autonome d’Abidjan, le rapport sur l’état de l’environnement marin et côtier de la Côte d’Ivoire et de recueillir leurs observations et recommandations ; tel est l’objectif majeur de l’atelier de pré-validation du REEMCI organisé par Le Centre Ivoirien Antipollution (CIAPOL), structure sous tutelle du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable, en partenariat avec le projet d’Investissement pour la Résilience de la Zone Côtière Ouest-africaine (WACA ResIP) de la Côte d’Ivoire et la Convention d’Abidjan. Ce premier atelier d’une série de trois qui s’est tenu du lundi 21 au mardi 22 septembre 2020 à Assinie Beach Hôtel d’Assinie, s’inscrivait dans le cadre de la mise en œuvre des activités du Projet de Gestion Intégrée de l’Aire Marine et Côtière d’Abidjan à Assinie (GIAMAA.
La cérémonie d’ouverture a été marquée par quatre allocutions.

La première allocution a été prononcée par Monsieur NIANZOU Ety, 4ème adjoint au maire, représentant le maire d’Assinie Hippolyte Ebagnitché. Il a exprimé tout l’intérêt que les populations et les responsables locaux attachent au projet GIAMAA, notamment a l’opportunité qu’il offre dans la recherche de solutions durables aux difficultés rencontrées par les acteurs économiques de la zone. Il s’est réjoui de la tenue de l’atelier et a rappelé l’enjeu qui permettra « la mise en place d’une véritable politique de gestion intégrée et durable des zones marines et côtières ».

Pour sa part, Professeur YAPO Ossey Bernard, Sous-Directeur du Laboratoire Central de l’Environnement, représentant le Directeur du CIAPOL, le Colonel DIBI niagne Martin, a rappelé le contexte de mise en œuvre du projet GIAMAA qui est un projet pilote exécuté dans le cadre du projet régional de gestion intégrée des océans développé par la Convention d’Abidjan et le centre d’expertise norvégien GRID Arendal. Ce projet régional vise à jeter les bases d’une politique de gestion intégrée des océans au sein des pays membres de la Convention d’Abidjan. Il est exécuté avec le soutien financier du Gouvernement Allemand et la Banque mondiale à travers le projet WACA-Côte d’Ivoire.
Prenant la parole, Mme AMOUSSOU Alison, représentant le Secrétaire Exécutif de la Convention d’Abidjan, a rappelé l’objectif de l’atelier qui est de pré-valider le rapport d’évaluation de l’état de l’environnement marin et côtier de la Côte d’Ivoire. Lequel rapport permettra de prendre des mesures pour endiguer les menaces du milieu marin pour les années futures. Elle a remercié particulièrement le projet WACA-Côte d’Ivoire pour son appui et a assuré l’engagement de la Convention d’Abidjan au processus de mise en œuvre de la gestion intégrée des océans.

Le Directeur de Cabinet Adjoint, Monsieur KOUADIO Parfait représentant le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable (MINEDD) a expliqué l’importance du REEMCI en ce qu’il permet a l’Etat de disposer de données fiables dans l’élaboration et la mise en œuvre de sa stratégie de gestion des zones côtières, a l’effet de mieux exploiter les ressources du milieu marin qui tient une part importante dans le développement économique de la Côte d’Ivoire. « Le milieu marin, nous le savons, soutient, après l’agriculture, l’économie de ce pays. Une bonne santé de ce milieu est donc nécessaire à l’équilibre économique de la Côte d’Ivoire », a-t-il déclaré. Le représentant du Ministre a invité les participants a s’impliquer pleinement dans les travaux, afin que les recommandations qui sortiront du rapport soient pertinentes.
A la suite des allocutions, différentes présentations ont été faites. La première présentation faite par Mme BEKOIN Marguerite a porté sur le projet GIAMAA, particulièrement sur le REEM qui est un document d’évaluation environnementale périodique fournissant des informations sur la santé et l’état d’un certain nombre d’éléments clés composant le milieu marin. Dans le cadre du REEM-CI, l’approche méthodologique utilisée est une combinaison de l’étude documentaire et l’avis des experts.

Quant au Professeur DJAGOUA Valère Éric, responsable en second du Projet WACA Côte d’Ivoire, il a dans sa présentation relevé le lien entre le projet d’élaboration du Plan d’Aménagement et de Gestion Intégrée du Littoral (PAGIL) et le Rapport sur l’Etat de l’Environnement Marin et côtier de la Côte d’Ivoire (REEM-CI).
Deux autres présentations ont porté sur La mise à jour du schéma directeur du littoral ouest africain : cas de la Côte d’Ivoire (SDLAO) et sur le projet du Rapport de l’Etat de l’Environnement Marin (REEM-CI). Dans cette dernière présentation sur le REEMCI élaboré par le Cabinet de l’AISA et présentée par le Professeur ATSE Boua Célestin, le Consultant a fait remarquer que « Le Rapport sur l’Etat de l’Environnement Marin de la Côte d’Ivoire (REEM-CI) qui aborde des questions environnementales actuelles et préoccupantes, ainsi que les défis cruciaux à relever pour un développement durable de la zone marine et côtière ivoirienne, est un document d’évaluation environnementale articulé autour de sept chapitres qui permet d’apprécier l’état et la santé des paramètres clés du milieu marin, en vue de la prise de mesures idoines pour la gestion de ce milieu. »
Ce rapport permettra de mettre enfin en évidence le rôle et l’importance socio-économique et culturelle des zones marines et côtières et formulé des recommandations pour la gestion durable et rationnelle des écosystèmes côtiers ainsi que leur préservation.


Au terme de la restitution des travaux de groupe, plusieurs observations ont été apportées au document tant sur la forme que dans le fond.
A la cérémonie de clôture de l’atelier, des attestations de participation et des kits contenant des gadgets ont été remis aux participants.

Rappelons que ce rapport qui présentera l’état de référence de l’environnement et des aspects sociaux dans la zone côtière permettra de faire une avancée notable dans la mise en place du Plan d’Aménagement et de Gestion Intégrée du Littoral (PAGIL) pour le compte de l’Agence Nationale de Gestion Intégrée du Littoral (ANAGIL, en instance de création). Cela dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’Investissement pour la Résilience de la Zone Côtière Ouest-africaine (WACA ResIP). Car c’est l’une des étapes les plus importantes de la première phase de l’étude diagnostique. D’où l’intérêt de l’appui que le projet WACA-ResIP apporte au projet GIAMAA dans le cadre de la validation de ce REEM-CI.

LEBON GNAE