ATELIER DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS SUR LA PLANIFICATION SPATIALE MARINE (PSM)

Les acteurs formés, la cartographie des usages validée et la matrice des conflits d’usages réalisée

Former les différents acteurs techniques sur l’outil de Planification Spatiale Marine (PSM), en vue de faciliter la réalisation de plans d’aménagement de l’espace marin et côtier et d’anticiper sur les éventuels conflits d’usage dans la mise en œuvre des différentes activités. Tel est l’objectif principal de l’atelier de renforcement des capacités sur la PSM qui s’est tenu du 24 au 27 février 2021 à Bonoua.
C’est le 24 février 2021 qu’a eu lieu la cérémonie d’ouverture de l’atelier à la salle de conférence du CIAPOL. a été présidée par Monsieur, Directeur du Centre Ivoirien Antipollution (CIAPOL). Etaient présents à ses côtés, le Représentant de la convention d’Abidjan, le Directeur du Cabinet du Ministre de l’Environnement et du Développement Durable et Madame Dieynaba SECK, la formatrice (CSE).

Dans son allocution, le Directeur de Cabinet, Monsieur KOUABLAN François représentant le Ministre de l’Environnement et du Développement Durable (MINEDD), a indiqué sa joie de présider la cérémonie d’ouverture de l’atelier de renforcement de capacité sur la Planification Spatiale Marine. Au nom du Ministre, il a remercié tous les participants pour avoir répondu favorablement à l’invitation du projet GIAMAA. Situant l’enjeu de la Planification Spatiale Marine qui est de résoudre les conflits d’usage de l’espace maritime et côtier afin d’optimiser ses usages et ses ressources, il a fait noter que celui-ci fait partie des outils de gestion intégrée des océans, qui permet de préserver les ressources maritimes et d’anticiper sur les éventuels conflits d’usage. C’est pourquoi, il a souhaité toutes les parties prenantes un succès dans les différents travaux. C’est sur ces mots qu’il a déclaré ouvert l’atelier de renforcement de capacités de la Planification Spatiale Marine.
Mais bien avant, il est revenu au Directeur du CIAPOL de saluer tous les partenaires internationaux et nationaux pour leur appui financier et technique pour la mise en œuvre des outils de gestion intégrée des océans. Particulièrement, il a remercié la présence des experts du Centre de Suivi Ecologique de Dakar qui malgré le risque important de contamination à la COVID 19 ont effectué le déplacement en cette période de crise sanitaire. Profitant de cette occasion pour rassurer du strict respect des mesures barrières.
Outre le Directeur du CIAPOL, le Professeur ABE Jacques au nom du Secrétaire Exécutif de la Convention d’Abidjan a rappelé l’objectif de l’atelier qui est de former les différents acteurs techniques sur l’outil de Planification Spatiale Marine (PSM), en vue faciliter la réalisation de plans d’aménagement de l’espace marins et côtiers et d’anticiper sur les éventuels conflits d’usage dans la mise en œuvre des différentes activités.
Il a en ses termes exprimé sa reconnaissance envers tous les partenaires internationaux et nationaux pour leur soutien tant technique que financier forte mobilisation. Il a aussi salué la participation des acteurs du secteur maritime dans la gestion du milieu marin. Avant la photo de famille qui a mis fin à la cérémonie d’ouverture, une projection de film sur la PSM a été faite par Dieynaba SECK.

A Bonoua, deux Communications sur la PSM et l’Importance dans la gestion de l’espace marin et côtier ont été faites par Madame Dieynaba Seck, formatrice (CSE) La première a porté sur la PSM et son importance dans la gestion de l’espace marin et côtier: des cas réussis de PSM en Afrique. La deuxième communication a porté sur importance des parties prenantes dans la PSM. Suite aux communications de Madame Seck, il y a eu la présentation par vidéo conférence du logiciel SEASKETCH et son importance pour la PSM par Mario. Suite aux deux communications de Madame Seck, qui ont permis d’identifier les acteurs et leurs activités, puis de les positionner sur la carte de Grand Bassam, une carte consensuelle a été validée et tableau des conflits d’usage a été dressé. A côté des travaux de groupe, les participants ont visité des sites culturels et quelques activités dominantes dans l’espace de Grand Bassam.

Rappelons que le Projet GIAMAA financé par l’Etat Allemand, est un Projet de gestion intégrée couvrant l’aire marine et côtière d’Abidjan à Assinie dont les objectifs sont : d’abord de jeter les bases d’une politique de gestion intégrée des océans au sein des pays membres de la Convention d’Abidjan, conformément à la décision CP12/7 de la COP12 (Protocole additionnel GIZC – Politique de GIO – Projet Régional de Gestion Intégrée des Océans); ensuite de renforcer des capacités (REEM – ZIEB – PSM) et de les appliquer au sein de projets pilotes (Projet régional de Gestion Intégrée des Océans) ; et enfin, de mettre en place un outil de planification spatiale marine pour parvenir à une utilisation durable de l’espace marin et côtier: Evaluation de l’Etat de l’Environnement Marin et côtier, Identification et description des Zones Marines d’Importance Ecologique et Biologique. L’atelier s’est achevé par la remise d’attestation aux participants.

Texte et photos: LEBON GNAE