Dans l’optique d’aider ses Etats membres à mettre en place une politique de gestion intégrée et durable de leurs zones marines et côtières, la Convention relative à la coopération en matière de protection et de mise en valeur du milieu marin et des zones côtières de la région de l’Afrique de l’Ouest, du Centre et du Sud, à laquelle la Côte d’Ivoire est partie, développe en partenariat avec le Centre d’expertise Norvégien Grid Arendal, un projet dénommé “Marine Management In West Africa on Training and Application“ visant à la conservation des écosystèmes marins et côtiers et de la biodiversité, à promouvoir l’utilisation durable des ressources et à assurer l’utilisation à long terme des services écosystémiques.

La Côte d’Ivoire a été retenue au titre des pays bénéficiaires de projets pilotes. Son projet pilote porte sur la gestion intégrée de l’aire marine d’Abidjan à Assinie (GIAMAA).

Dans le cadre de la mise en œuvre dudit projet, plusieurs activités y figurent dont celle consacrée au lancement du projet sous forme d’un atelier. L’objectif général de cet atelier est d’informer les parties prenantes sur les modalités de la mise en œuvre du projet national. De façon spécifique, il s’agit de : (1) Présenter les projets (Marine Management In West Africa on Training and Application et le projet national de Gestion intégrées de l’aire marine et côtière d’Abidjan à Assinie) ; (2) Expliquer le bien-fondé de l’application des outils de gestion intégrée des océans dans la zone du projet et (3) Identifier et Impliquer les acteurs et parties prenantes dans le processus de mise en œuvre des outils de gestion intégrée des océans dans la zone du projet.

Le projet GIAMAA couvre la zone d’Abidjan Assinie, tout en prenant en compte le bassin des rivières la Bia et Tanoé, le complexe lagunaire Aby-Tendo-Ehy, les îles éhotilés, l’embouchure et le canal de communication mer–lagune, le cours inférieur du fleuve Tanoé, le littoral et les eaux marines, côtières et du large qui jouxtent la sous-préfecture d’Assinie. Il a pour objectif de mettre en place un outil de planification spatiale opérationnel qui permettra d’organiser l’utilisation de l’espace marin et côtier de la zone, de préserver les écosystèmes d’importance écologique et biologique et de réduire les conflits d’usage tout en facilitant l’atteinte des objectifs socio-économiques convenus.

L’aire marine et côtière d’Abidjan à Assinie constitue un patrimoine naturel et économique important pour la Côte d’Ivoire :

3 sites Ramsar (les îles éhotilé, la forêt classée de N’ganda n’ganda, et le cours inférieur du fleuve comoé), des espèces animales et végétales menacées d’extinction (Lamantin, hipopotame, tortues marines, palétuviers rouges), des Ziebs (la route des sardines et des crevettes, l’aire marine des canyons et du trou sans fond d’Abidjan, l’aire marine de la reproduction des thons et l’aire marine d’Assinie);

D’importantes activités au niveau de la zone du projet en raison des atouts naturelles : Agriculture industrielle et familiale ;

Trafic maritime avec la présence du port d’Abidjan ;
Extraction de ressources minérales ;
Exploration et exploitation pétrolière et gazière
Tourisme balnéaire ;
Urbanisation et industrialisation ;
Exploitation de ressources halieutiques.