PROJET DE GESTION INTÉGRÉE DE L’AIRE MARINE ET CÔTIÈRE


Le Comité de Coordination sensibilise à Grand Bassam et à Assinie.

La Convention d’Abidjan en partenariat avec le centre d’expertise norvégien GRID Arendal, mettent en œuvre un projet dénommé « Marine Management In West Africa Through Training and Application » qui a pour objectif d’améliorer la conservation des écosystèmes marins et côtiers et de la biodiversité, de promouvoir l’utilisation durable des ressources et d’assurer l’usage à long terme des services éco systémiques des Etats parties à ladite Convention.


Ce projet financé par le Ministère Allemand en charge de l’Environnement compte atteindre cet objectif à travers une double approche. La première consiste au renforcement des capacités aux niveaux national et régional sur les outils de gestion intégrée des océans (planification spatiale marine, rapport sur l’état de l’environnement marin, identification des zones d’importance écologique et biologique) et la seconde, en application de ces outils à travers des projets pilotes. Après soumission de projets pilotes de quelques pays parties à la Convention d’Abidjan, les projets pilotes de la Côte d’Ivoire, du Ghana et du Bénin ont été retenus pour tester la mise en œuvre des outils de gestion intégrée des océans (OIM).
Au vu de ses missions de veille et de protection de l’environnement terrestre, marin et côtier, le Centre Ivoirien Antipollution (CIAPOL), structure sous tutelle du Ministère Ivoirien de l’Environnement et du Développement Durable est porteur du projet pilote de la Côte d’Ivoire.


UN PROJET PILOTE POUR LA COTE D’IVOIRE
Le projet pilote de la Côte d’Ivoire porte sur la gestion intégrée de l’aire marine et côtière d’Abidjan à Assinie. L’aire marine et côtière d’Abidjan à Assinie est située dans la partie sud-est de la Côte d’Ivoire. L’environnement marin et côtier de cette zone abrite trois (3) sites Ramsar, des espèces animales et végétales menacées d’extinction, des Zones d’importance écologique et biologique, des parcs et réserves terrestre et lagunaire, d’importantes ressources halieutiques, des ressources minières et pétrolières, des sites touristiques, etc. Ces biens naturels offrent d’importantes possibilités de subsistances et soutiennent le développement tant économique que social de la région. Toutefois, les ressources naturelles ainsi que les écosystèmes marins et côtiers de la zone sont en déclin, car subissant le contrepoids considérable des activités anthropiques et du changement climatique.
La gestion des zones marines et côtières en particulier celle d’Abidjan à Assinie constitue un défi pour la Côte d’Ivoire pour plusieurs raisons. Parmi celles-ci figure la complexité de la gestion de différentes activités anthropiques de la zone, à savoir : la pêche, le transport maritime, l’exploitation du pétrole, du gaz et des minéraux, le tourisme etc. Ces activités qui se déroulent sur un même espace avec des ressources naturelles limitées sont souvent à l’origine de conflits entre différents acteurs ayant des intérêts divergents.
Si l’utilisation actuelle des ressources se poursuit, la zone marine et côtière d’Abidjan à Assinie perdra tout son potentiel.


C’est donc pour expliquer cet important projet aux populations de Grand Bassam et d’Assinie qu’une équipe de la coordination et un membre de la Convention d’Abidjan, y ont effectué une mission du 07 et 08 novembre 2018. L’équipe conduite par Mme Bekoin née Kouadio Marguerite s’est entretenue respectivement avec les populations de Grand Bassam au Musée des civilisations et celle d’Assinie à la sous-préfecture de ladite localité. Dans ces deux zones couvertes par le projet, les échanges ont porté sur les objectifs du projet, les résultats attendus et les opportunités offertes à la population de la zone côtière, sans toutefois oublier la part qui lui incombe dans la bonne conduite dudit projet.
Les populations qui ont émis de nombreuses inquiétudes doublées quand même d’espoir face aux opportunités qu’offrent le Projet de Gestion intégrée des de l’aire marine et côtière d’Abidjan à Assinie, ont vivement souhaité le démarrage effectif de ce projet. Rappelons à toutes fins utiles que le présent projet s’inscrit dans une perspective de gestion intégrée et durable des activités qui se déroulent dans les zones marines et côtière de la Côte d’Ivoire. Il va permettre d’organiser l’utilisation de l’espace marin et côtier de la zone, de préserver les écosystèmes et de réduire les conflits d’usage, à travers la mise en œuvre des outils de gestion identifiés par le projet « Marine Management In West Africa Through Training and Application ».


LES PARTIES PRENANTES AU PROJET
La mise en œuvre du projet national va donc requérir une collaboration entre les différents acteurs intervenant au niveau du milieu marin et côtier.
Notons enfin que le Corps préfectoral (Grand Bassam, Assinie,), Les Directeurs régionaux et/ ou départementaux des Ministères parties prenantes au projet, Autorités coutumières (Grand Bassam, Assinie,), Services techniques des Mairies (Grand Bassam, Assinie,), Représentants Entreprises d’exploration et exploitation pétrolières (Grand Bassam, Assinie,), Représentants Entreprises de tourisme et d’hôtellerie (Grand Bassam, Assinie,), Représentants Associations et Organisation Non-Gouvernementale (ONG) (Grand Bassam, Assinie,), Représentants de la société civile (Grand Bassam, Assinie,), Organisations et associations de pécheurs (Grand Bassam, Assinie,) et les communautés sont toutes parties prenantes au projet.